Trois projets portés par des universités françaises sélectionnés par l’Union européenne

JPEG - 29.4 ko
Conférence consacrée aux questions maritimes en avril 2015 à la NUM

Trois projets déposés par des universités françaises et associant des universités cambodgiennes viennent de faire l’objet d’une sélection et bénéficieront dès 2016 d’un financement de l’Union européenne dans le cadre du programme Erasmus+ (Key action 2 – capacity building).

CONSEA porte sur la préservation de la biodiversité et la soutenabilité environnementale dans le bassin du Mékong. Il est porté par l’Université Toulouse III Paul Sabatier et associe côté asiatique deux universités cambodgiennes (Université Royale de Phnom Penh et Université de Battambang) ainsi que deux universités vietnamiennes. L’institut français du Cambodge et la région Occitanie en sont également partenaires.

DOCKSIDE se situe dans le domaine de l’environnement et des activités maritimes. Il est porté par l’Université de Nantes et compte quatre partenaires cambodgiens (l’Université Nationale de Management, l’Université Royale de Droit et des Sciences Economiques, l’Université de Battambang, l’Université Royale d’Agriculture). Le Ministère cambodgien de l’Education, de la Jeunesse et des Sports est également associé à ce projet.

GEReSH-CAM a trait à la gouvernance et à l’émergence de la recherche en sciences humaines au Cambodge. Ce projet est porté par l’Institut National des Langues et des Civilisations Orientales (INALCO). L’Université Royale des Beaux-Arts, l’Université Royale de Phnom Penh ainsi que l’Institut National de l’Education en sont les partenaires cambodgiens. Participent également à ce projet : l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), le Ministère de l’Education, de la Jeunesse et des Sports du Cambodge, le Ministère de la Culture et des Beaux-Arts du Cambodge

Au sein de leurs champs disciplinaires respectifs, ces trois projets vont favoriser le développement de la recherche au Cambodge. Ils permettront de former de nouveaux doctorants et d’initier de nouvelles collaborations entre chercheurs européens et asiatiques.

Dernière modification : 14/06/2017

Haut de page