La France, un acteur majeur de la santé dans le monde et au Cambodge

Introduction à la coopération française dans le domaine de la santé

La France investit des ressources humaines, techniques et financières importantes dans l’amélioration de la santé globale pour répondre aux Objectifs du Développement Durable (ODD) et notamment à l’ODD 3 qui vise à permettre à tous de vivre en bonne santé et à promouvoir le bien-être de tous à tout âge.

JPEG

La majeure partie de l’aide française pour le développement en santé passe par le canal multilatéral. Depuis leur mise en place, la France a versé plus de 5 milliards de dollars US aux trois principaux fonds de santé multilatéraux que sont :

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, le principal organisme multilatéral de collecte de fonds pour soutenir les services de prévention et de traitement des trois grandes maladies infectieuses.
UNITAID : initiative visant à faciliter l’accès aux produits de santé contre le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose en réduisant leurs prix, en accélérant le développement de médicaments plus adaptés et en améliorant leur qualité et leur disponibilité.
L’Alliance mondiale pour les Vaccins et l’Immunisation GAVI : consortium d’acteurs privés et publics permettant la généralisation de l’accès aux vaccins contre les maladies courantes et l’introduction de nouveaux vaccins dans les pays en développement.

1. Le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme

A. La France, deuxième contributeur du Fonds mondial

JPEG
En lançant avec une poignée de pays du G8 la création du Fonds mondial et en soutenant continuellement l’organisation, la France a permis d’infléchir durablement les tendances épidémiologiques en matière de VIH/sida, de tuberculose et de paludisme.
Depuis 2002, 20 millions de vies ont été sauvées, plus de 9 millions de personnes ont désormais accès à un traitement antirétroviral contre le sida, plus de 15 millions de personnes ont été testées et traitées contre la tuberculose, et 659 millions de moustiquaires destinées à prévenir le paludisme ont été distribuées.
Premier donateur européen et deuxième bailleur international après les Etats-Unis, la France a versé à ce jour 4,5 milliards d’euros au Fonds mondial.
En septembre 2016, la France a confirmé son engagement et le maintien de la contribution française à hauteur de 1,080 milliard d’euros pour le triennum 2017-2019. Dans ce cadre, la France fait du renforcement des systèmes de santé une priorité, et insiste sur l’importance de placer les populations les plus vulnérables au cœur de la réponse, dans le respect et la défense des droits de l’homme. Il est aussi nécessaire de poursuivre un effort commun dans le domaine de l’éducation sur ces questions de santé et d’apporter une attention toute particulière aux filles et aux femmes.
Le Fonds mondial s’est engagé sur la voie d’un nouveau modèle de financement qui permet de prendre en compte la prévalence des maladies combattues, leur impact sur la population et, selon les revenus du pays et la nature de ses structures médicales, de définir une enveloppe globale par pays et pour une durée de trois ans.

Pour la période 2017-2019, le Cambodge s’est vu allouer une contribution de 98,4 millions USD se décomposant de la manière suivante :
- VIH : 41,6 millions USD
- Tuberculose : 13,8 millions USD
- Paludisme : 43 millions USD

En savoir plus :
http://www.ambafrance-kh.org/La-Fra...
http://www.theglobalfund.org/fr/

B. La France appuie la mise en œuvre des projets du Fonds Mondial par l’expertise technique financée via l’outil ‘Initiative 5%’

PNG
La France a lancé en décembre 2011 une nouvelle modalité de contribution au Fonds mondial : l’Initiative 5%.
D’un montant de 18 millions d’euros par an (période 2014-2016), cette modalité de contribution indirecte est mise en œuvre par Expertise France. Ce dispositif d’assistance technique permet d’appuyer les pays membres de l’Organisation internationale de la francophonie récipiendaires du Fonds mondial dans la conception, la mise en œuvre et le suivi-évaluation des subventions allouées par le Fonds mondial afin de maximiser l’impact de cette action.
Actuellement, le Cambodge bénéficie de l’appui de quatre experts mobilisés dans le cadre de l’Initiative 5%, apportant leur soutien à la formulation des demandes de financement et des programmes de lutte contre les trois grandes maladies pour la période 2017-2019.
Une autre composante de l’Initiative 5% permet de financer des projets sur deux à trois ans. Dans ce cadre, la France soutient actuellement au Cambodge un projet d’amélioration de la santé des travailleuses du divertissement, porté par l’association cambodgienne KHANA, ainsi qu’un projet de recherche sur la détection systématique de la tuberculose chez les jeunes enfants atteints de pneumonie sévère, porté par l’Institut Pasteur du Cambodge.
En 2016, la France a annoncé son intention d’augmenter la part de sa contribution consacrée à l’Initiative 5%, en passant de 5 à 7%, soit une augmentation de 18 à 25 millions d’euros par an. Ce renforcement de l’initiative à 7% et la capacité à mobiliser des fonds d’assistance technique supplémentaires ont été salués, non seulement par les pays bénéficiaires, mais aussi par les partenaires de la France.
Depuis son lancement, l’Initiative 5% a connu un succès important notamment grâce à sa capacité à innover et à répondre rapidement à l’évolution des besoins des pays.

En savoir plus :
http://www.initiative5pour100.fr/

2. UNITAID

JPEG
La France est membre fondateur d’UNITAID et premier contributeur à cette initiative avec un financement à hauteur de 100 millions d’euros en 2016, grâce notamment aux recettes de la taxe sur les billets d’avion.
UNITAID est hébergée par l’OMS et finance des programmes visant à faciliter l’accès aux produits de santé (traitements, tests diagnostic et outils de prévention) contre les trois grandes pandémies : le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose. UNITAID cherche à corriger les imperfections du marché (prix élevés, offres insuffisantes, situations de monopole…) pour avoir un impact sur la santé publique.
Cette initiative a permis de développer des médicaments adaptés aux enfants porteurs du VIH/Sida, de diminuer drastiquement les prix des médicaments antirétroviraux de seconde ligne et des traitements contre la tuberculose multi-résistante ou encore de généraliser l’usage des traitements antipaludéens les plus adaptés.
Au Cambodge, les actions d’UNITAID permettent de faciliter l’accès aux antirétroviraux pédiatriques, aux antirétroviraux de deuxième intention pour adultes, ou encore aux tests de diagnostic du VIH.
L’engagement français auprès d’UNITAID est complémentaire des financements apportés au Fonds mondial de lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme.

En savoir plus :
http://www.unitaid.eu/fr/

3. Alliance GAVI

JPEG
1,7 million d’enfants meurent chaque année d’une maladie évitable par la vaccination. Ces décès surviennent en grande majorité dans les pays en développement.
C’est pour faire face à la stagnation des taux de vaccination dans le monde que l’Alliance mondiale du vaccin (Gavi) a été créée en janvier 2000. Gavi finance l’introduction de vaccins pour protéger les enfants dans les 70 pays les plus pauvres de la planète, dont le Cambodge.
La France a rejoint l’Alliance en 2004. Depuis cette date, elle a contribué financièrement à hauteur de 279 millions de dollars. Globalement, pour la période 2016-2020, les donateurs se sont engagés à contribuer aux activités de Gavi à hauteur de 7,5 milliards de dollars.
46,48 millions de dollars ont été engagés pour la période 2001-2017 au Cambodge, ces fonds servant principalement à renforcer les systèmes de santé et à faciliter l’accès aux vaccins (diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, hépatite B, rougeole-rubéole).
Forte de sa position d’influence dans les instances de gouvernance de Gavi, la France s’assure que l’Alliance ne néglige pas le renforcement des systèmes de santé des pays bénéficiaires ; l’équité et le souci d’atteindre les populations les plus défavorisées ; l’égalité hommes/femmes ; les pays de la zone subsaharienne, et notamment les pays francophones.
Depuis sa création, Gavi a permis de vacciner 500 millions d’enfants et de sauver 7 millions de vies.

En savoir plus :
http://www.gavialliance.org/pays/ca...

4. Appui à la recherche en santé publique au Cambodge

En appui à ces fonds multilatéraux, la France est également très impliquée dans le domaine de la recherche en santé publique.
Un nombre important d’institutions de recherche françaises, publiques et privées, sont présentes au Cambodge, dont notamment l’Institut Pasteur du Cambodge, l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) et l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

Dernière modification : 09/06/2017

Haut de page