La recherche française au Cambodge

Un nombre important d’institutions de recherche française, publiques et privées sont présentes au Cambodge, dont notamment :

L’Institut Pasteur du Cambodge

Créé en 1953 et reconstruit en 1995, l’Institut Pasteur du Cambodge (IPC) a célébré en mars 2013 ses 60 de présence dans le pays. Il est spécialisé dans la recherche clinique, la recherche appliquée et la formation de haut niveau sur les maladies infectieuses du Sud Est Asiatique.
L’Institut accueille 220 personnes, permanents cambodgiens, expatriés , CDD, étudiants du Cambodge et internationaux.
Outre la recherche et l’analyse médicale, il remplit une mission de veille sanitaire et de santé publique en étroit partenariat avec le ministère cambodgien de la Santé et les institutions internationales, spécialement sur la transmission et le contrôle de maladies telles que les grippes (aviaires et saisonnières), la dengue, le zika, la rage, le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme. Plusieurs projets régionaux ou mondiaux sur les encéphalites, la dengue (Ecomore, financement AFD), le paludisme , la résistance anti bactérienne, entres autres, font de l’Institut Pasteur du Cambodge un leader régional de la recherche et de la formation en infectiologie.
L’Institut a ouvert une Plateforme Régionale de Recherche (PRR) sur les maladies infectieuses en 2014, destinée à accueillir tous les nouveaux projets innovants : récemment Aspergiloses et Hépatite E

Pour en savoir plus :
Site internet
Facebook
LinkedIn

JPEG - 118.6 ko
Lors de l’inauguration de la PRR, Mam Bunh Heng, Ministre de la Santé du Cambodge, et Alain Fortin, Chargé d’Affaire de l’Ambassade de France

L’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS)

L’ANRS a signé en 2000 une convention avec le Ministère de la Santé du Cambodge afin de développer des activités de recherche sur le VIH/Sida. L’agenda scientifique et stratégique est défini conjointement avec le programme national VIH, le NCHADS (National Centre for HIV/AIDS Dermatology and STDs. Ces recherches biomédicales et en sciences humaines et socio-économiques s’inscrivent dans le cadre des axes prioritaires du programme national de lutte contre le VIH/Sida. Elles visent notamment à améliorer la prévention, le dépistage et la prise en charge thérapeutique de l’infection VIH et des infections associées (en particulier la tuberculose) chez l’adulte et chez l’enfant. Depuis 2000, 25 études de recherche ont été financées pour un budget total de 6,8 millions de USD, conduisant à la publication de 45 articles scientifiques. Plusieurs milliers de patients ont pu participer à ces études dont certaines ont été à l’origine d’une modification des recommandations nationales de prise en charge, comme l’essai ANRS 1295 CAMELIA qui a permis de prouver l’intérêt d’un traitement antirétroviral précoce chez des patients co-infectés par la tuberculose.

Ces études sont réalisées le plus souvent en collaboration étroite avec l’Institut Pasteur du Cambodge, et plus particulièrement, l’unité VIH/hépatites, l’unité d’épidémiologie et l’unité d’immunologie. L’Université des Sciences de la Santé de Phnom-Penh est également un partenaire majeur et le Pr SAPHONN Vonthanak, recteur de l’USS, est également le coordinateur du site ANRS Cambodge. Plus récemment, le champ d’activité s’est élargi à la problématique des hépatites virales B et C qui constituent un problème majeur de santé publique en Asie du Sud-Est ; plusieurs études sont actuellement en cours pour valider des outils de dépistage et de suivi simplifiés et pour réduire la transmission mère-enfant du virus de l’hépatite B. Un chercheur est mis à disposition du site local de l’ANRS par le Ministère des Affaires étrangères pour coordonner toutes ces activités de recherche.

Pour en savoir plus :
ANRS

Le Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD)

Présent depuis 2009 au sein de l’IPC, le CIRAD s’est spécialisé dans l’épidémiologie des maladies émergentes. L’objectif de ces travaux est d’anticiper et ainsi de mieux gérer les risques sanitaires liés aux animaux domestiques et sauvages. Les travaux sont menés au Cambodge dans le cadre d’un réseau régional dont la coordination est assurée à Bangkok (GREASE). Le CIRAD travaille également en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture du Cambodge. Il conduit des activités de recherche-développement destinées à améliorer les systèmes de culture.

Pour en savoir plus :
CIRAD

Les fondations Mérieux et Pierre Fabre

Les fondations Mérieux et Fabre sont des partenaires anciens de la faculté de pharmacie de l’Université des Sciences de la Santé du Cambodge. Ils contribuent au développement de la recherche au sein de l’université, à travers un axe infectiologie, porté par la fondation Mérieux, et un axe phytopharmacologie, soutenu par la fondation Fabre.

Pour en savoir plus :
Fondation Mérieux
Fondation Pierre Fabre

L’Institut de recherche pour le développement (IRD)

L’Institut de Recherche pour le développement (IRD) est un organisme français de recherche public au service du développement. Il est placé sous la double tutelle du ministère des affaires étrangères et du développement international et du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il est le principal acteur de la diplomatie scientifique de la France. Privilégiant l’interdisciplinarité, l’IRD développe des projets scientifiques centrés sur la relation entre l’homme et son environnement, afin de concevoir des solutions adaptées aux défis du développement durable et humain.

L’IRD déploie ses actions en partenariat dans près de 90 pays en Asie, en Afrique, en Amérique latine, dans l’océan Indien, dans le Pacifique et sur le pourtour de la Méditerranée. Il regroupe plus de 800 chercheurs, dont la moitié sont expatriés et travaillent au sein des institutions de leurs partenaires.

Au Cambodge, l’action de l’IRD se concentre principalement dans les domaines de la nutrition, de la santé, de l’environnement, et des sciences humaines. L’Institut participe également au renforcement des structures universitaires et de la gouvernance de la recherche au niveau master et doctorat. Ses principaux partenaires sont le Ministère de l’Agriculture et des Pêches, l’UNICEF-Cambodge, l’Université Royale des Beaux-Arts, l’Université Royale d’Agriculture, l’Institut Pasteur du Cambodge, l’Université des Sciences de la Santé, et l’ITC, où il ouvrira prochainement sa représentation officielle pour le Cambodge. Plusieurs programmes sont régionaux, et impliquent des chercheurs des pays voisins. C’est par exemple le cas du nouveau laboratoire mixte international DRISA dont l’objectif est d’approfondir les mécanismes de résistance des bactéries aux antibiotiques, et qui associe à l’IRD divers instituts de la région : le National Institute of Hygiene and Epidemiology (Vietnam), l’Institut Pasteur du Cambodge, le Centre d’Infectiologie Christophe Mérieux du Laos, et le département de pharmacologie et de biotechnologie de l’USTH (Vietnam).

JPEG - 180.3 ko
Lors d’une enquête « nutrition » dans les écoles, Phnom Penh, 2015 (© Marc Souris)

Pour en savoir plus :
IRD

L’École française d’Extrême-Orient (EFEO)

L’EFEO est présente depuis 1898 au Cambodge. Chargée de l’étude et de la préservation d’Angkor, elle a disposé d’une installation permanente de 1907 (année de création de la Conservation d’Angkor) à 1975 (arrivée au pouvoir des Khmers rouges). Le gouvernement cambodgien a invité l’EFEO à reprendre ses activités à Phnom Penh, puis à Siem Reap en 1992, date à laquelle l’institution a contribué de façon décisive à l’inscription du site d’Angkor sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Dans le contexte d’une recherche sur Angkor de plus en plus internationalisée, les spécificités des activités menées par l’EFEO demeurent aujourd’hui nombreuses : la longue durée des travaux menés ; la double dimension patrimoine et recherche ; la diversité et la complémentarité des problématiques abordées. En partenariat avec les institutions locales, l’EFEO s’efforce en effet de couvrir les principaux domaines d’études qui contribuent à une meilleure connaissance de l’histoire et du patrimoine du Cambodge. Parallèlement aux travaux de restauration et de conservation menés désormais sur le temple du Mebon occidental (dont le chantier a fait suite à l’importante restauration du temple du Baphuon, rouvert au public en juillet 2011 par le Roi Norodom Sihamoni) et, à Phnom Penh, au sein d’un atelier de conservation-restauration de sculpture, dans le cadre d’un partenariat avec le Musée National du Cambodge, une demi-douzaine de projets sont ainsi menés, qui mobilisent un large éventail de disciplines : l’histoire, l’archéologie, l’épigraphie, la philologie, la linguistique, l’anthropologie.

Pour en savoir plus :
[EFEO >http://www.efeo.fr/index.php]

GIF - 82.5 ko
L’EFEO à Phnom Penh, Cambodge

L’Institut de Recherches sur l’Asie du Sud-est Contemporaine (IRASEC)

L’IRASEC, dont le siège se situe à Bangkok, a pour vocation de développer la recherche française sur l’Asie du Sud-Est contemporaine. Les projets de recherches développés par l’Institut portent sur les évolutions politiques, sociales, économiques et environnementales ainsi que sur les dynamiques d’intégration régionale des onze pays de la région. L’IRASEC compte une chercheuse en anthropologie en poste à Phnom Penh.

Pour en savoir plus :
IRASEC

Autres ressources sur la recherche en Asie du Sud-Est et la mémoire du Cambodge

- Association d’échanges et de formation pour les études khmères
Créée en 1998, l’association mutualise par le biais de son site les outils,les débats, les articles des chercheurs-membres spécialisés sur le Cambodge. Une sélection de sites intéressante sur Angkor.

- Association française pour la recherche en Asie du Sud-est
Un site extrêmement utile à tous les amateurs intéressés par les connaissances sur l’Asie du sud-est. La sélection de liens est actualisée et exhaustive sur les organismes de recherche, les revues, les groupes de discussions concernés par l’Asie du Sud-est.

- Centre de ressources audiovisuelles Bophana
Le site présente le projet-phare de ce centre ouvert récemment et propose un dossier pédagogique sur la définition, la sauvegarde et la numérisation des archives audiovisuelles. Consultation du catalogue sur place.

- Bibliothèque nationale du Cambodge,

- Librairie Carnets d’Asie
Une ressource en français, anglais et khmer inestimable pour percevoir une partie de l’histoire du Cambodge à travers ses livres anciens (catalogue commenté). Depuis sa création, le site s’enrichit régulièrement de nouvelles images numérisées et de notes de lectures.

- Archives Nationales du Cambodge
Le site propose une description des collections conservées et mises à disposition du public par le service. Il s’agit de documents anciens produits par les divers gouvernements du pays depuis l’établissement du Protectorat français au Cambodge en 1863 jusqu’à nos jours. Consultation des archives sur place.

Dernière modification : 09/06/2017

Haut de page