RATP : des entrailles de Paris à quatre continents

JPEG

Depuis 2002, la RATP (Régie autonome des transports parisiens), 5ème acteur mondial des transports publics exporte, via ses filiales, son savoir faire et ses compétences au-delà de Paris et de sa région. Forte de plus d’un siècle d’expérience et à la pointe de l’innovation, notamment par le métro automatique, la Régie autonome des transports parisiens conduit désormais ses rames jusqu’au bout du monde.

17h55, station Châtelet, dans les entrailles de Paris, une foule d’anonymes frôle les carreaux blancs des couloirs du métro et passe d’un quai à l’autre avec chacun une destination unique : un ami, un amant, un parent, un collègue qui s’égrènent comme autant de stations. C’est là que se croisent la ligne 1, historique, ouverte en 1900, et la ligne 14, la petite dernière, entièrement automatisée ouverte 98 ans plus tard. Ces deux lignes où se pressent des dizaines de milliers de passagers chaque jour sont l’exact symbole de la compétence de la RATP : la garantie d’un savoir faire et d’une longue expérience pour assurer les transports publics d’une cité de plus de deux millions d’habitants et la capacité d’innover et d’anticiper les besoins de ses usagers.

Loin de là, à des milliers de kilomètres de la Seine, un train file à plus de 160 km/h, à l’extrémité du continent africain. Il relie, depuis le 2 août dernier, Pretoria, la capitale administrative de l’Afrique du Sud et Johannesburg, sa ville la plus peuplée. Il suffit désormais de 40 minutes et de 10 stations pour relier les deux agglomérations et éviter ainsi l’axe autoroutier traditionnellement très embouteillé. Le projet du Gautrain, contraction de train et du Gauteng, la province que traversent les 77 kms de lignes, a été mené à bien pour sa conception et sa réalisation par un consortium franco-canadien ; l’exploitation, en revanche et ce pour au moins quinze ans, a été confiée à une filiale de la RATP.

En effet, la société de transports dispose de deux bras armés avec deux filiales spécialisées qui couvrent tous les métiers des transports : de la conception du réseau à sa régulation une fois construit. La première filiale, Systra, partenariat à parts égales entre la SNCF (Société nationale des chemins de fer français) et la RATP, est une entreprise d’ingénierie et de conseils. C’est elle qui intervient, par exemple, pour concevoir et réaliser le Gautrain. Son expertise s’appuie sur des chantiers historiques telles que la réalisation des métros de Mexico, Caracas et le Caire notamment. La seconde, RATP Dev, travaille sur l’exploitation, la reprise et/ou la maintenance d’un réseau. Dans le cas sud-africain, c’est RATP Dev qui assure l’exploitation mais aussi la formation et la transmission de son savoir-faire aux partenaires locaux.

RATP Dev est implantée désormais sur quatre continents et dans pas moins de douze pays. Plus près de Paris, de l’autre côté des Alpes, c’est en Italie que RATP Dev s’est développé massivement, devenant ainsi le premier opérateur étranger de la péninsule, avec une présence accentuée dans les régions de la Toscane et de l’Emilie Romagne. Par ailleurs, la RATP est impliquée dans le projet de la ligne 1 du métro de Rome et de la ligne 4 du métro de Milan. La société française a ainsi pris des parts conséquentes dans plusieurs opérateurs locaux. Notamment à Gènes où la RATP gère des lignes de bus, une ligne de métro, une ligne ferroviaire mais aussi des funiculaires, des ascenseurs et même une navette maritime ! La RATP a une excellente expérience dans tous les modes de transports, à l’exception peut-être du transport aérien ou maritime. A Florence, RAPT Dev exploite la ligne 1 du tramway alors que les lignes 2 et 3 sont en cours de construction. La RATP gère le troisième réseau de tramways en Europe après Prague et Budapest ; elle va d’ailleurs désormais exploiter les 40 km de tramway à Manchester, dans le nord-ouest de l’Angleterre.

Si pour le Gautrain, la RATP s’est alliée, notamment, avec le constructeur français Bouygues, en Asie, elle a développé un partenariat avec Veolia pour mieux répondre aux besoins de la région et de villes à forte concentration démographique. Ainsi RATP Dev gère déjà les deux tiers des bus de Macao, en Chine, est présente sur le réseau de transport de Mumbay en Inde ou encore exploite la ligne 9 du métro de Séoul.

Comme en Asie, la RATP est impliquée dans des villes millionnaires, c’est-à-dire, qui dépassent le million d’habitants, comme Paris, ou encore Sao Paulo où elle gère la ligne 4 du métro, ou encore à Londres où plusieurs lignes desservies par les célèbres bus rouges à deux étages roulent depuis mars sous pavillon français. Pour répondre aux défis spécifiques de ces villes à haute densité démographique en terme de fréquentation, rapidité et complexité des transports, la RATP s’est associée avec le constructeur Alstom pour mettre en place un laboratoire de réflexion et d’innovation, Metrolab, et imaginer dès à présent le métro du futur.

Si le groupe RATP transmet son savoir-faire et son expérience à ses partenaires locaux, il s’enrichit aussi des bonnes pratiques observées dans d’autres pays. Sans compter son développement hors Ile-de-France, avec 14 lignes de métro, deux lignes de train régional, trois lignes de tramway, 350 lignes de bus et les dessertes des deux aéroports de la capitale, le réseau de la RATP en région parisienne est l’un des plus importants au monde, transportant 10 millions de voyageurs chaque jour et 3 milliards d’usagers par an.

Les améliorations du réseau parisien se reflètent d’ailleurs très concrètement sur les projets menés ailleurs. Paris teste d’abord les innovations telles que l’information des voyageurs en temps réel ou encore la télébilletique. Autre pari gagné : les travaux de l’automatisation de la ligne 1 de Paris, qui sera effective cet automne - une première mondiale -, s’est faite presque sans interruption du trafic. Une garantie d’efficacité pour les partenaires locaux comme à Alger où va prochainement s’ouvrir la première ligne de métro, opérée par une filiale de la RATP. Une révolution des transports pour les 110 millions de passagers attendus chaque année. Et un succès de plus pour la RATP qui compte bien doubler le chiffre d’affaires du groupe d’ici trois ans.

Pascale Bernard

Dernière modification : 17/10/2011

Haut de page