Visite à l’Hôpital Sihanouk Center of Hope avec l’Institut Pasteur du Cambodge

JPEG

La tuberculose est une des principales causes de décès chez les patients co-infectés par le VIH. Malgré la mise sous antirétroviraux, de nombreux patients adultes ou pédiatriques décèdent en effet dans les mois qui suivent le démarrage du traitement. En outre, le diagnostic de la tuberculose peut être difficile dans des pays où elle circule intensément, comme le Cambodge.

C’est la raison pour laquelle l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida (ANRS) et l’Institut Pasteur du Cambodge ont décidé de mettre en place un essai clinique qui permettra de comparer deux stratégies de traitements expérimentaux. L’objectif est de réduire la mortalité et la survenue de pathologies bactériennes invasives chez des patients adultes infectés par le VIH.

La première stratégie est basée sur un diagnostic le plus poussé possible de la tuberculose tandis que la deuxième repose sur un traitement systématique antituberculeux deux semaines avant le début des antirétroviraux.

Cet essai est actuellement en cours dans quatre pays (Cambodge, Côte d’Ivoire, Uganda et Vietnam). Au Cambodge, il est conduit par l’Institut Pasteur du Cambodge en collaboration avec les autorités nationales et l’Hôpital Sihanouk Center of Hope. Il est suivi par le Dr Laurence Borand, expert technique international. Il est financé par l’ANRS.

Dernière modification : 14/06/2017

Haut de page